Julien Feller : sculpteur

Où es-tu né et quelle est ta date de naissance ?

Je suis né à Arlon (Belgique) le 26 avril 1994

Pourquoi avoir choisi Saint-Luc ?

Je suis venu à Saint-Luc parce l’école était la seule à proposer une formation aussi complète en sculpture.

Quelle fut ta section et années suivies ?

J’ai été dans la section sculpture de 2013 à 2016

Peux-tu nous parler de ton parcours après Saint-Luc ?

Après ma période à Saint-Luc, j’ai été pendant quelques mois dans l’attente d’un visa de travail pour les Etats-Unis d’Amérique mais ce fut un plan qui n’a pas abouti. S’en est suivi alors une collaboration de 6 mois avec l’atelier de Yannick Chastang en Angleterre dans le cadre d’une reproduction de sculpture. A mon retour en Belgique, en mai 2017, je décide de me lancer à mon compte en tant que sculpteur. Depuis ce moment, ma carrière grandit petit à petit : d’autre collaboration à l’étranger, l’acquisition d’un atelier,…

Après tes études, quelle a été ta carrière d’artiste ?

Apres les études, ce fut compliqué de trouver ma place. Mais je pense que ma carrière d’artiste a concrètement débuté à l’instant où j’ai eu l’opportunité de me faire médiatiser dans les journaux de ma région, en novembre 2016 pour la première fois. En juillet 2017, j’ai eu la chance de me faire sélectionner au prix Godefroy, décerné par la province du Luxembourg, grâce à tout ce que j’avais accompli. En novembre 2018, je participe à la biennale des métiers d’art « De mains de maîtres » organisé par leurs Altesses Royales le Grand-Duc Héritier et la Grande-Duchesse héritière du Luxembourg.

Quelle est l’influence de Saint-Luc dans ton parcours artistique ?

Saint-Luc a forgé le sculpteur que je suis aujourd’hui : j’ai appris à y développer ma sensibilité artistique.

Quel est ton travail actuel et peux-tu nous le présenter ?

Aujourd’hui je réalise des dentelles sculptées en bois.

Quelle est ta démarche, ton message ?

Mon but est de créer ces motifs en dentelle avec du bois en obtenant des effets en trompe-l’œil de sorte que le spectateur soit littéralement dupé, croyant voir une pièce tissu.

Fais-tu appel à d’autres créateurs/intervenants dans ton travail ?

Non il n’y a que moi

Quel sont tes projets à venir?

Je souhaite assurément voir ma carrière grandir

Quelles sont tes relations avec les galeries, les autorités ?

Actuellement je n’ai pas vraiment de contact avec des galeries (ou pas encore). Je suis en contact avec un collectionneur d’art qui m’apporte un très grand soutien afin de m’aider à me développer et de pouvoir créer de futures ventes

Vis-tu de ton travail ?

Non, je ne génère pas encore de bénéfice qui puisse me permettre d’en vivre.

Ton travail t’épanouit-il?

Oui, je suis très heureux le matin de pouvoir me lever en sachant que je vais aller sculpter et que je vais faire quelque chose qui me permet de m’exprimer comme j’aime.

Quelles questions aimerais-tu que je te pose ?

« Quel était ton surnom de sculpteur à Saint-Luc? »
C’était Eddy le moine.

Un mot pour la fin ?

En tant que jeune artiste je trouve que ce n’est jamais aisé et il faut travailler très dur, croire en ses objectifs et persévérer pour les atteindre

Te joindre ou te rejoindre :

https://www.julienfeller.com/
https://www.facebook.com/sculpteurJF/
https://www.instagram.com/sculpteurjf/
https://twitter.com/sculpteurJF
https://www.linkedin.com/in/julien-feller-b979b3134/

Une galerie, un lieu d’expo. permanent ?

Un atelier ; 23 grand rue, 6630 , Martelange, Belgique

 

Partager sur:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *